Les différents types de mobilités professionnelles

Mobilités_professionnelles_covoiturage

La gestion de carrière a un double enjeu : d’un côté l’épanouissement professionnel du salarié et de l’autre, le développement de l’entreprise. La mobilité interne peut être initiée par l’un comme par l’autre et aboutit toujours suite à un accord commun entre les deux parties. Mais il existe différents types de mobilité interne, dont les enjeux représentés et les modalités d’accompagnement diffèrent.

Mobilité horizontale et verticale

La première forme de mobilité au sein d’une entreprise est le changement de poste. On parle de mobilité transversale ou horizontale lorsque les deux postes se trouvent au même niveau hiérarchique. Par exemple, vous passez d’un poste de responsable de communication à un poste de responsable marketing.

La mobilité verticale opère sur deux niveaux hiérarchiques différents. On parle souvent de promotion au sein d’une même équipe ou d’un autre service de l’entreprise. Par exemple, vous êtes responsable RH et êtes promu directeur RH.

Il est possible de conclure une mobilité à la fois horizontale (changement de métier) et verticale (changement de niveau hiérarchique).


Mobilité géographique

Lorsque le groupe possède plusieurs sites ou bureaux au niveau national ou international, la mobilité géographique est possible. Dans tous les cas, la mobilité peut être transversale ou verticale. Elle peut être initiée par l’employé qui souhaite se rapprocher de son domicile ou par l’entreprise pour envoyer un expert sur un site lointain.

Lorsque la mobilité est internationale et que l’employé conserve son contrat de travail, mais n’est plus soumis à la Sécurité sociale française, on parle d’expatriation. Par contre, lorsque le pays de destination conserve la loi française, on parle de détachement. Enfin, lorsque l’employé est soumis au droit de travail du pays d’accueil, on parle de contrat local.

L’accompagnement est plus complexe, surtout si on ne parle pas la langue française dans le pays de destination. Puis, il faut également tenir compte des contraintes familiales si le salarié est marié et a des enfants. Ainsi, on doit considérer les charges liées à la perte d’emploi du conjoint et aux études des enfants.

Dans tous les cas, la rémunération est toujours révisée, ajustée selon la fiscalité locale, le niveau de vie local et les avantages sociaux. Enfin, vous devez toujours préparer les modalités d’expatriation. Une fois le travail à l’étranger terminé, il faut préparer en amant un nouveau poste pour l’employé.

Mobilité volontaire ou forcée

La mobilité volontaire et la mobilité forcée sont un tout autre type de mobilité en interne. Dans certains cas, la mobilité est souhaitée par l’employé lui-même, c’est ce qu’on appelle mobilité volontaire. Ce type de mobilité touche principalement le cadre dirigeant ou le salarié à haut potentiel. La mobilité est alors initiée par le salarié qui désire occuper un poste stratégique pour faire avancer son entreprise.

Ce type de mobilité est également entrepris dans une démarche autonome du salarié. Cette procédure a lieu lorsque l’employé en question souhaite candidater à des postes ouverts en interne. En l’absence d’une offre d’emploi en interne, le salarié peut toujours faire part de son souhait d’évoluer auprès des ressources humaines. Ils peuvent alors décider ensemble d’une possibilité de mobilité interne.

Par contre, on parle de mobilité forcée lorsque l’ordre vient directement de l’employeur. Ce type de mobilité est bien plus compliqué à mettre en place puisqu’il n’est pas souhaité par le salarié concerné. Il a lieu dans deux cas différents.

D’abord, dans le cadre d’une réorganisation interne comme un transfert d’activité ou encore un changement de plan social, l’entreprise peut être amenée à créer de nouveaux postes ou en supprimer. Dans ce cas, il faut dissocier ou rassembler des équipes.

Ensuite, ce type de mobilité peut être appliqué en cas de sanction disciplinaire. Si le salarié commet une faute professionnelle, l’employeur peut le faire changer de poste, dans la plupart des cas, le rétrograder.

Mobilités_professionnelles_scooter

Les mobilités véhiculées

De plus en plus d’entreprises mettent à disposition de leurs salariés des moyens de déplacement pour leur mobilité. Dans tous les cas, on privilégie les transports plus écologiques et plus accessibles. Citons, entre autres, le vélo, les transports en commun, le covoiturage et l’autopartage.

Par ailleurs, ils sont pris en compte en partie ou en totalité par les entreprises avec des dispositifs comme la mobilité durable, l’indemnité kilométrique et le remboursement de l’abonnement de transports en commun.

Le vélo

Le vélo reste le moyen de transport le plus sain, après la marche à pied. Il est économique, car il ne nécessite pas de carburant et est très bénéfique pour la santé. Vous pouvez tout à fait adopter le vélo pour vos trajets domicile-travail.

Le covoiturage

Si un ou plusieurs de vos voisins travaillent dans la même entreprise ou le même quartier que vous, vous pouvez faire le trajet ensemble. Dans ce cas, vous pouvez proposer votre véhicule en covoiturage. En échange, ils peuvent participer au péage ou au carburant pour alléger vos frais. Le covoiturage permet également de réduire le nombre de voitures en circulation.

L’autopartage

Si vous n’avez besoin d’utiliser une voiture qu’occasionnellement, vous pouvez la partager avec des amis, de la famille ou des voisins. Vous pouvez l’acheter ou la louer ensemble et l’utiliser à tour de rôle. L’autopartage vous évitera d’investir dans des voitures différentes.

Les transports en commun

Les transports en commun ont une plus grande capacité et peuvent être partagés par de nombreux citoyens. Ils restent ainsi l’une des meilleures options pour une mobilité plus verte. Vous pouvez prendre le bus ou le métro pour vous rendre à votre lieu de travail.

Les engins de déplacement électriques

Les nouveaux engins de déplacement électriques ont la cote dans la mobilité urbaine. La trottinette électrique est en tête de liste et on en trouve généralement sur les sites de free-floating. Vous pouvez également vous tourner vers le gyropode, l’hoverboard et le monoroue. Si la trottinette et le gyropode sont munis d’un guidon pour une grande facilité d’utilisation, l’hoverboard et le monoroue sont plus complexes à mettre en œuvre et conviennent davantage aux jeunes expérimentés.

LA SOLUTION BETTERWAY

On vous accompagne dans vos démarches

Gérez facilement le forfait mobilités durables. Intégrez tous les moyens de transport. Gagnez du temps au quotidien

Créez des comptes mobilité

Sur notre plateforme dédiée, gérez vos listes d’employés et rechargez vos comptes.

Vos collaborateurs utilisent la carte Betterway

Chaque employé dispose d’une carte Mastercard personnalisée et d’une application pour suivre son compte.

Téléchargez en un clic vos justificatifs

Betterway se charge de valider et d’agréger les dépenses de chaque carte. Vous ne recevrez qu’un seul document.

Betterway_mobilité_service

UN SUJET D’ACTUALITÉ

La mobilité est un sujet obligatoire des NAO : soyez à la hauteur

Depuis la loi d’Orientation des Mobilités de 2020, il est obligatoire de parler du sujet de la mobilité lors des négociations annuelles obligatoires. Le forfait mobilités durables arrivera forcément sur la table. Préparez-vous et disposez de toutes les informations nécessaires clés en main.