L’impact environnemental de la mobilité urbaine

TYPE DE MOBILITE

La mobilité urbaine est au cœur de notre quotidien, et particulièrement en ville ! Et aujourd’hui, on va aborder un point qui nous tient tout particulièrement à cœur : la mobilité pour se rendre sur son lieu de travail. Vélo, transports en commun, voiture, trottinette, marche, covoiturage…

En savoir plus sur le forfait mobilité durable.

Il existe des dizaines de solutions, chacune ayant un impact plus ou moins important sur l’environnement. Alors quel mode de transport choisir pour réduire son impact ? Quelles solutions existent aujourd’hui ? On vous présente le sujet.

DÉCOUVREZ La solution Betterway dès aujourd’hui

Simplifiez la gestion de la mobilité dans votre entreprise avec la solution Betterway.

Quel est l’impact écologique de la mobilité urbaine ?

Bonne question ! Climat, pollution de l’air, nuisances sonores, impact sur la santé… La mobilité urbaine n’est pas anodine. Pour parler chiffres, sur les 25 kilomètres que parcourent quotidiennement les Français, plus de 20 sont faits en voiture (et 99% via des véhicules thermiques). Résultat ? Un bilan conséquent sur notre empreinte carbone. La mobilité représente à elle seule près d’⅓ de notre consommation annuelle énergétique et de nos émissions de gaz à effet de serre. Pas fameux. Surtout que sur les 25 dernières années, contrairement aux autres secteurs (résidentiel, tertiaire, industrie…) qui ont réduit leur empreinte, le secteur des transports est le seul avoir augmenté (de plus de 10%)..

8 chiffres clés sur l’impact écologique de la mobilité urbaine

  • 1/3 des gaz à effet de serre de la France sont dus aux transports
  • 40 % des trajets quotidiens parcourus en voiture font moins de 3 km et sont 2 fois plus polluants en milieu urbain que sur la route
  • Sur 100 voitures qui roulent en France, plus de 99 carburent aux énergies fossiles
  • Sur les 25 dernières années, tous les autres secteurs d’activité (tertiaire, industrie…) ont stabilisé ou diminué leurs émissions… sauf les transports avec une hausse de plus de 10%
  • 5 millions : c’est le nombre d’actifs, habitant à moins de 5 km de leur travail, à utiliser la voiture comme moyen pour s’y rendre
  • On estime à environ 48 000 morts par an liés à la pollution de l’air aux particules en France
  • Sur l’ensemble de son cycle de vie, le véhicule électrique émet, en France, deux fois moins de CO2 qu’un véhicule thermique.
  • Alors que 5 km ne représentent que 20 minutes de vélo, 60% des actifs habitant à moins de 5 km de leur travail privilégient la voiture, contre 23% les modes actifs tels que la marche ou le vélo, 15% les transports en commun et 2% des deux roues motorisés

Zoom sur le cas de la pollution via les particules fines

L’impact des mobilités sur la pollution de l’air est un enjeu à la fois sur l’environnement mais aussi sur la santé. Les responsables de cette pollution ? Les particules fines. Selon l’OMS, la pollution de l’air est bien classée depuis 2013 comme cancérigène pour l’homme. En France, on estime d’ailleurs qu’une exposition prolongée aux particules fines PM 2,5 pourrait réduire l’espérance de vie de 8,2 mois et que les PM10 sont à l’origine de 6% des décès prématurés sur notre territoire (source Ademe). Et pour chiffrer les choses d’un point de vue financier, les coûts de santé liés à ces problèmes représentent pas moins de 20 et 30 milliards d’euros par an en France.

4 gestes simples pour limiter son impact au quotidien

Heureusement, il existe des solutions pour protéger l’environnement. Ces dernières seront efficaces à condition de combiner des changements technologiques, mais aussi les usages et les comportements. Il s’agira alors de faire cohabiter de façon efficace les différentes solutions. Voici un petit aperçu de quelques gestes à adopter au quotidien pour réduire votre impact environnemental :

 

  • Privilégier le télétravail (et donc limiter les trajets) : Selon les estimations, avec 10 à 20 % d’actifs (hors artisans) en télétravail régulier (soit 20 à 40 % des cadres), ce sont ainsi entre 5 % et 11 % de l’ensemble des trajets domicile-travail qui pourraient être évités dans le Grand Paris, soit de 1,11 à 2,27 millions déplacements par semaine.
  • Opter pour l’électrique plutôt que le thermique : Parfois, il n’est pas possible de se passer de voiture. Dans ce cas, privilégier un véhicule avec un impact écologique plus faible. L’électrique est aujourd’hui la meilleure option pour réduire à la fois le bruit et la pollution. Il existe par ailleurs de nombreuses aides proposées par l’Etat afin de changer de véhicule.

Voir notre article sur comment choisir son vélo électrique

  • Choisir les mobilités partagées : C’est une façon d’optimiser le taux de remplissage des véhicules et donc de limiter l’impact environnemental. Pour cela, il existe notamment l’autopartage et le covoiturage (avec de plus en plus de services spécialisés).
  • Passer aux transports durables (vélo, marche, etc…) En France, le vélo représente seulement 3 % des déplacements, pour l’essentiel en ville, contre 10% en Allemagne et 28% aux Pays-Bas. La bonne nouvelle ? Les choses sont en train de changer. Les infrastructures se développent (pistes cyclables, etc…) et il est de plus en plus facile de se mettre au vélo.

 

Découvrez les dernières actualités sur la mobilité

Toutes les dernières actualités et événements de la mobilité durable directement dans votre boîte mail.

L'essentiel sur le Forfait Mobilités Durables

Nous vous apportons notre expertise dans un résumé avec les informations capitales à connaître sur le Forfait Mobilités Durables.

Forfait Mobilités Durables Livre blanc