L'épargne salariale responsable et solidaire :
un atout indispensable de la stratégie RSE !

guide mobilité

Tri des déchets, utilisation d’énergies renouvelables, respect du droit du travail, recours à la mobilité durable, égalité hommes-femmes… Nombreuses sont les actions à disposition des employeurs pour s’inscrire dans une démarche RSE, et ainsi contribuer au développement durable et générer un impact positif sur la société et l’environnement.

Une démarche qui lui permet également d’être attractive auprès des talents et de fidéliser ses collaborateurs ! En effet, l’attractivité des talents, la motivation et la rétention des salariés représentent l’une des premières sources de motivation pour les entreprises qui adoptent une stratégie RSE.

DÉCOUVREZ La solution Betterway dès aujourd’hui

Simplifiez la gestion de la mobilité dans votre entreprise avec la solution Betterway.

Une raison tout à fait compréhensible quand l’on sait que 55 % des collaborateurs (76 % chez les millénials) trouvent que le critère de l’engagement social ou environnemental de leur entreprise est plus important que le salaire (Source : Cone Communications, CSR Study, 2017).

Autre levier d’attractivité, de motivation et de rétention : l’épargne salariale. En effet, les primes d’épargne salariale représentent le premier levier de fidélisation des talents hors rémunération (Source : Bpifrance), et 62 % des Français considèrent que l’épargne retraite supplémentaire serait un véritable atout de rétention de talents (Source : Mercer).

Alors, certes, la RSE et l’épargne salariale ont comme point commun de contribuer à la marque employeur, mais quel est leur rapport ?

L’ÉPARGNE SALARIALE EN BREF

Avant de rentrer dans le vif du sujet et vous délivrer les clés pour intégrer l’épargne d’entreprise dans votre stratégie RSE, nous allons établir un rapide tour d’horizon du fonctionnement et des bénéfices de cet avantage salarial.

Née en 1959 sous la présidence du Général De Gaulle, l’épargne salariale vise à mieux répartir les richesses créées dans les entreprises, et à accompagner les salariés à se façonner une épargne pour réaliser leurs projets de vie.
 
Et pour ce faire, l’employeur a deux primes à sa disposition, les primes d’intéressement et les primes de participation.
     • Les primes d’intéressement sont versées à l’ensemble des salariés dès lors que les objectifs financiers et/ou extra-financiers fixés sont atteints.
     • Les primes de participation représentent une quote-part des bénéfices réalisés par l’entreprise.

Contrairement aux primes classiques, traditionnellement utilisées dans les entreprises, les primes d’épargne salariale permettent aux salariés et à l’employeur de bénéficier d’avantages fiscaux attrayants. En effet, en faisant le choix de placer tout ou partie de leurs primes sur leur Plan d’Épargne Entreprise (PEE) et/ou un Plan Épargne Retraite Collectif (PER Collectif), les collaborateurs sont exemptés d’impôt sur le revenu sur les sommes investies. De son côté, l’entreprise est exonérée de cotisations sociales sur les primes versées, et elle a la possibilité de les déduire de son bénéfice imposable. Ensuite, selon le nombre de salariés, l’employeur peut également être concerné par la suppression ou la réduction du forfait social.
 
Finalement, chaque partie prenante tire des bénéfices à utiliser ce dispositif, car c’est à la fois un complément de salaire à la fiscalité avantageuse pour les salariés, et un outil d’attractivité, de motivation et de rétention des collaborateurs pour l’entreprise. Cependant, bien qu’elle ait une dimension sociale grâce à sa vocation à partager les richesses créées, l’épargne salariale est dans la majorité des cas, un poids pour l’environnement… Et pour preuve, en France, elle est en moyenne de 13 470 € par salarié, ce qui représente 2 tonnes de CO2 ! La RSE et l’épargne salariale seraient-ils donc incompatibles ? Fort heureusement, non ! Il est aujourd’hui possible de les faire converger grâce à des solutions permises par l’épargne salariale.

L’épargne salariale, un pilier de la RSE

Atteindre ses objectifs RSE grâce à l’intéressement
 
Comme évoqué précédemment, les primes d’intéressement sont conditionnées à l’atteinte d’objectifs financiers et/ou extra-financiers. De ce principe, il est donc envisageable de retranscrire tout ou partie de vos objectifs RSE en interne dans l’accord d’intéressement.

Concrètement, en plus de vos objectifs financiers traditionnels (ex : atteindre 1 M d’€ de CA/an, enregistrer 100 nouveaux clients/an, etc.), vous pouvez y ajouter des objectifs à vocation environnementale (ex : réduire de 25 % les déchets, utiliser des énergies renouvelables, etc.) ou encore sociale (ex : égalité salariale, embaucher des personnes en réinsertion, etc.). Pour un employeur engagé dans la RSE, c’est une occasion unique de donner un coup de boost à ses objectifs RSE en interne ! En effet, chaque salarié sera davantage incité à les atteindre grâce à la contribution monétaire de la prime d’intéressement. C’est également une façon de mobiliser les collaborateurs qui n’étaient jusqu’à présent peu ou pas investis dans la stratégie RSE de l’entreprise.
 
L’intégration de critères extra-financiers dans l’accord d’intéressement est à l’initiative de
l’employeur, et est possible avec tous les gestionnaires d’épargne salariale. C’est une action simple et rapide à mettre en place, il suffit de revoir l’accord en place (en compagnie des délégués syndicaux et/ou CSE selon la taille de l’entreprise). Certes, ce n’est pas un moyen de réduire directement l’impact de l’épargne des salariés, en revanche, l’épargne salariale responsable et solidaire en est un !

L’intégration de critères extra-financiers dans l’accord d’intéressement est à l’initiative de l’employeur, et est possible avec tous les gestionnaires d’épargne salariale. C’est une action simple et rapide à mettre en place, il suffit de revoir l’accord en place (en compagnie des délégués syndicaux et/ou CSE selon la taille de l’entreprise).

Certes, ce n’est pas un moyen de réduire directement l’impact de l’épargne des salariés, en revanche, l’épargne salariale responsable et solidaire en est un !

 
 
Donner du sens à l’épargne de ses collaborateurs grâce à l’épargne salariale responsable et solidaire

Lorsqu’un salarié décide de placer sa prime d’intéressement et/ou de participation sur son PEE et/ou PER Collectif, il l’investit ensuite dans les fonds d’investissement de son choix, qui l’investissent à leur tour dans des entreprises. Parmi les typologies de fonds d’investissement, il y en a une qui connaît un succès croissant auprès des épargnants : les fonds ISR. Au 31 décembre 2019, leur encours avait progressé de 32% par rapport à l’année précédente, et représentait 546 milliards d’€.
 
L’ISR est une démarche visant à appliquer à l’investissement les principes du développement durable. C’est-à-dire que les entreprises financées par un fonds d’investissement labellisé ISR sont sélectionnées en fonction de critères financiers et extras-financiers, appelé critères ESG :
     • Environnemental (Taux d’émissions de CO2, recyclage et gestion des déchets, consommation d’électricité, prévention des risques environnementaux, etc.)
     • Social (Emploi des personnes handicapées, qualité du dialogue social, formation des collaborateurs, etc.)
     • Gouvernance (Égalité salariale, lutte contre la corruption, indépendance des conseils d’administration, transparence des salaires des dirigeants, etc.)
 
In fine, en investissant leurs primes d’épargne salariale sur des fonds labellisés ISR, les salariés soutiennent des entreprises au comportement responsable, et ils contribuent à ce qu’elles se développent de manière plus vertueuse et durable. À titre d’exemple, 215 Millions de tonnes de CO2 ont été évitées par les entreprises financées par le fonds labellisé ISR “Echiquier Positive Impact Europe”.
En sélectionnant un prestataire d’épargne salariale avec un large choix de fonds ISR, vous permettez donc à vos collaborateurs de donner du sens à leur épargne salariale selon leur goût du risque, et répondez même à leurs attentes puisque 57 % d’entre eux souhaitent que les enjeux du développement durable soient obligatoirement inclus dans les produits d’épargne (Source : Deloitte, 2019). De son côté, l’entreprise rajoute un nouvel acquis à sa stratégie RSE ! Certains gestionnaires d’épargne d’entreprise comme Epsor proposent même des profils d’investissement gratuit et personnalisé 100 % ISR.

Pour aller plus loin, et notamment connaître les performances des fonds labellisés ISR comparé aux fonds classiques, leur score ESG ou encore découvrir les entreprises financées par chaque fonds, découvrez l’outil Fundscanner et son étude associée sur le sujet !

Autre catégorie de fonds d’investissement en pleine expansion, les fonds solidaires. Avec un
encours en progression de 33 % sur l’année 2020, ils ont permis de reverser 3,8 Millions d’€ à des
associations, et de financer des projets à vocation sociale et/ou environnementale à hauteur de
566 Millions d’€ !

L’épargne salariale est la première source d’alimentation de l’épargne solidaire devant les produits bancaires et d’assurance, et les investissements directs. En 2020, elle représentait 58 % de la somme totale, soit 11,7 Milliards d’€ sur les 20,3 Milliards d’€ d’encours. L’une des raisons de cette forte contribution est que chaque prestataire d’épargne salariale est dans l’obligation de proposer à minima 1 fonds d’épargne solidaire à ses épargnants.

Bien qu’ils aient tout comme les fonds ISR, un objectif d’impact social et environnemental positif, les fonds solidaires diffèrent de par leur fonctionnement et par les activités qu’ils financent.
 
Premièrement, comme l’explique Finansol, le label expert sur le sujet, un fonds est caractérisé de solidaire dès lors qu’il investit entre 5 et 10 % de son capital dans une activité solidaire ou bien qu’entre 25 et 100 % des plus-values réalisées par les épargnants sont reversées à une association. Ensuite, ils se différencient des fonds ISR car ils investissent dans des plus petites entreprises (non côtées en Bourse), qui sont implantées dans les territoires et dont le coeur de métier est de répondre aux besoins primaires de l’Homme, à savoir le logement, l’emploi, la santé, l’agriculture, etc. Par exemple, l’épargne solidaire a soutenu l’association “Solidarités Nouvelles face au Chômage” et a participé en 2018 à aider plus de 2 000 personnes en difficulté à retrouver une formation ou un emploi. 
 
In fine, ce sont plus de 134 projets comme celui-ci qui sont financés par l’épargne solidaire !

LE MOT DE LA FIN...

Finalement, contre toutes attentes, l’épargne salariale peut donc être un levier de la RSE !
Elle peut même avoir un impact bien supérieur aux actions classiques (tri des déchets, consommation d’eau, etc.), sans pour autant être plus coûteuse et difficile à mettre en place.


En effet, vous pouvez très simplement et rapidement booster vos objectifs RSE en les intégrant dans votre accord intéressement. Vous avez également la possibilité de donner une image plus verte et solidaire à votre marque employeur, et de répondre aux attentes de vos salariés en leur proposant de donner du sens à leur épargne salariale grâce à l’ISR et l’épargne solidaire.

L’unique condition pour faire de cet objectif une réalité, est de vous entourer d’un prestataire qui a la capacité de vous accompagner sur le sujet et qui offre une gamme de fonds ISR et solidaires suffisamment étoffée pour s’adapter à tous les profils d’épargnants.

DÉCOUVREZ La solution Betterway dès aujourd’hui

Simplifiez la gestion de la mobilité dans votre entreprise avec la solution Betterway.

L'essentiel sur le Forfait Mobilités Durables

Nous vous apportons notre expertise dans un résumé avec les informations capitales à connaître sur le Forfait Mobilités Durables.

Forfait Mobilités Durables Livre blanc

Découvrez les dernières actualités sur la mobilité

Toutes les dernières actualité et événement de la mobilité durable directement dans votre boîte mail.