Coût d’un salarié : le mode de calcul

GUIDE AVANTAGES SOCIAUX EN ENTREPRISES

Le coût d’un salarié n’est pas limité au salaire brut que vous payez. Plusieurs charges obligatoires et facultatives viennent s’ajouter pour constituer le coût réel d’un employé. Ainsi, lorsque vous procédez à un recrutement, il est important d’estimer le coût du salarié avant de l’embaucher pour savoir s’il va vous apporter du profit ou au contraire, entraîner une perte. 

DÉCOUVREZ La solution Betterway dès aujourd’hui

Simplifiez la gestion de la mobilité dans votre entreprise avec la solution Betterway.

Comprendre la rémunération d’un employé

Pour mieux appréhender le coût réel d’un salarié, revenons aux basiques et parlons de salaire. Il faut faire la différence entre le salaire brut, le salaire net, et le salaire super-brut. Le coût salarial est une rémunération donnée par l’employeur en contrepartie du service réalisé par l’employé. De manière générale, on part du SMIC qui s’élève à 1 600 € pour fixer le salaire net de l’employé. 

Le salaire net est obtenu en déduisant les cotisations sociales salariales du salaire brut. C’est la somme que le salarié touche à la fin du mois. Toutefois, l’employeur pour sa part, paye une somme plus importante. C’est ce qui nous amène au calcul du salaire brut, celui qui comprend les cotisations sociales.

La rémunération brute équivaut à l’intégrité des sommes que verse l’employeur. Au titre du contrat de travail, le salarié perçoit un salaire brut. Lors de la phase de négociation au moment de l’entretien, on parle souvent de salaire brut annuel. Après déduction de cotisations obligatoires, l’employé reçoit sur son compte un salaire net. Le salaire brut est obtenu en ajoutant les cotisations sociales salariales au salaire net ou encore en enlevant les charges patronales du salaire super-brut. 

Le salaire super-brut n’est pas systématiquement évoqué dans la paie. Il comprend l’ensemble du salaire net et des cotisations sociales. Appelé également salaire chargé ou salaire brut chargé, il est plus utile aux employeurs qu’aux employés. Il permet d’obtenir le coût d’un salarié en ajoutant au salaire net, les cotisations sociales patronales et les cotisations sociales salariales. 

Quelles sont les cotisations sociales obligatoires

On ne peut pas calculer le coût d’un salarié sans connaître les charges sociales ou cotisations sociales obligatoires. Elles comprennent les prélèvements automatiques effectués sur le revenu du salarié pour l’assurance maladie, les prestations sociales, la retraite, les formations professionnelles, etc. 

Cette somme est prélevée par les organismes sociaux appelés également caisses sur une fraction du salaire. La somme est ultérieurement redistribuée suivant un barème précis. On parle de deux types de cotisations sociales :

    • Les cotisations sociales salariales constituent une fraction prélevée directement sur le salaire brut du salarié. Elles ont donc un impact sur la paie. Les cotisations sociales salariales s’élèvent à 22 % du salaire brut. 
    • Les cotisations sociales patronales sont, pour leur part, déduites du salaire super-brut et viennent s’ajouter au coût total d’un salarié. Elles s’élèvent à 25 à 42 % du salaire brut. 

Les entreprises n’appliquent pas les mêmes formules de calcul. Chacune a sa propre politique RH pour calculer les charges patronales. Elles sont donc variables, contrairement aux charges salariales. 

Les charges sociales patronales sont mises en place par les entreprises pour motiver et fidéliser les employés. Elles sont attribuées dans le but de leur assurer des conditions de vie décentes. On peut citer, entre autres, les allocations familiales, l’assurance vieillesse, la cotisation chômage, la retraite complémentaire, les cotisations d’accident de travail et de maladies professionnelles. 

Les charges sociales varient en fonction de nombreux paramètres, comme la taille de l’entreprise, le type de contrat et le statut du salarié. 

Les primes et les bonus

D’autres cotisations facultatives peuvent venir s’ajouter au coût d’un salarié. Les ressources humaines sont libres d’ajouter ou pas des primes qui, évidemment, n’impactent pas la fiche de paie. Elles font partie d’une politique interne pour motiver les employés et optimiser la productivité. 

On peut parler de prime défiscalisée, prime désocialisée et prime de pouvoir d’achat. Elles sont versées à titre exceptionnel et ne sont pas prises en compte dans les cotisations sociales. Le bonus, quant à lui, est octroyé uniquement contre un objectif atteint individuellement ou collectivement. Contrairement aux primes, les bonus sont calculés dans les cotisations sociales. 

Il est important d’instaurer une politique RH adéquate pour que le coût d’un salarié ne soit pas pénalisant pour l’entreprise. Mais également pour garantir la paix et le bien-être pour les salariés. Plusieurs exemples de rémunération existent sur lesquels vous pouvez bâtir un modèle juste et équitable. 

L'essentiel sur le Forfait Mobilités Durables

Nous vous apportons notre expertise dans un résumé avec les informations capitales à connaître sur le Forfait Mobilités Durables.

Forfait Mobilités Durables Livre blanc

Découvrez les dernières actualités sur la mobilité

Toutes les dernières actualités et événements de la mobilité durable directement dans votre boîte mail.